Yoko Ogawa – Les Lectures des Otages

Les Lectures des Otages - Yoko OgawaHuit touristes japonais ont été pris en otages dans une région montagneuse et désolée. Après l’assaut d’une brigade anti-terroriste, la cabane où ils sont retenus prisonniers est totalement détruite, il n’y a aucun survivant. Seul un enregistrement atteste de leur existence en ces lieux. Des lectures semble-t-il : des textes énoncés à haute voix par chacun d’entre eux pour surmonter la peur et tenter d’échapper à l’ombre béante de la mort.

Les Lectures des Otages est un livre déroutant…

En effet l’intrigue, qui fournit la base du récit, se retrouve rapidement n’être qu’un prétexte à un recueil de nouvelles, assez inégales et n’ayant aucun liens avec les autres. On est presque immédiatement plongé dans les récits de ces otages, et rapidement cette référence même s’estompe et on lit le livre comme une succession d’ histoires indépendantes, et c’est à la toute fin seulement que le dernier des récits viendra fermer la boucle et apporter le liant nécessaire pour considérer cette œuvre comme un roman.

Comme toujours chez Ogawa, on navigue perpétuellement à la frontière de l’étrange, comme cette femme qui rappelle aux gens le souvenir de leur grand mère décédée, ou ce petit vieux fantomatique tentant de vendre ses peluches borgnes et difformes. On se perd dans le récit, cherche parfois un sens, un but à tout cela, mais lorsque que l’on touche à la fin, on s’aperçoit qu’il n’y en avait peut-être aucun. Pourtant une inexplicable attraction, un charme presque, se dégage de ces histoires ; si bien qu’à aucun moment on ne s’ennuie ni ne souhaite sauter des lignes car les scènes sont parfaitement décrites et, rapidement, on se retrouve à vivre avec le narrateur ce moment à tel point unique de sa vie, qu’il juge utile de le partager alors qu’il se sait aux portes de la mort.

Un roman excellent donc, mais qui pourrait perdre en route le lecteur non averti. Quant à ceux qui feront l’effort de s’impliquer dans leur lecture, ils ne le regretteront pas.

Il s’agit donc de ma seconde lecture (en réalité 3ème mais j’étais en retard sur la précédente) pour le  Challenge Ecrivains japonais chez Adalana. Une très bonne idée qui me pousse à me replonger dans la littérature japonaise!

Logo écrivains japonais_1

6 réflexions sur “Yoko Ogawa – Les Lectures des Otages

  1. Merci pour tes commentaires. Ils m’incitent à revenir vers les auteurs japonais que j’avais un peu oubliés ces dernières années. Le dernier dont je me souviens, ce fut Mukawami, pour « Kafka on the Shore » que j’avais adoré…

  2. Alors plus d’articles sur le japon? travaillez vous toujours pour Valeo?
    En vue de postuler prochainement j’aurai une ou deux questions en MP si ca vous deranges pas.

    • Hello,
      Je peine en effet a mettre le blog à jour ces derniers temps.
      Je suis toujours au Japon et toujours chez Valeo, pas de problème pour répondre à des questions 🙂

      • Je vais suivre une formation charge d’affaires specialite japon diplome de niveau 2 pour lequel je doit faire un stage au japon.
        J’aimerai transformer ce stage en emploi si possible. Et saitama ainsi que valeo m’interessent pour plusieurs raisons. Le site fait il travailler beaucoup ou peu de gaijin? Quelle fourchette de salaire est il raisonnable de demander pour un debutant de 35 ans? Kumagaya est il agreable a vivre? (J’habitais plus au sud a koshigaya).
        Enfin si c’est pas indiscret quelle est vorre fonction et quel conseils me donneriez vous poir me donner une chance?
        Faut il favoriser l’usage du japonais ou de l’anglais ou abdolument les deux? Je vise le 2kyu a la fin de ma formation.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :